comment etre tactique et diplomatique 5 conseils cles

Comment être tactique et diplomatique: 5 conseils clés

Avez-vous déjà remarqué à quel point les gens brutalement honnêtes ont tendance à se concentrer davantage sur la partie brutale que sur la partie honnête ?

Une honnêteté non filtrée peut être d’une grande aide lorsque vous essayez de trouver le bon chemin. Parfois, nous pourrions tous utiliser une vérification de la réalité qui vient d’un endroit réel et honnête.

Le problème de l’honnêteté brutale est qu’elle fait toujours des suppositions. Cela suppose que la personne qui entend l’honnêteté brutale aura la maturité émotionnelle ou la perspicacité pour regarder au-delà des mots méchants.

La façon dont vous transmettez un message est aussi importante que la nature du message. En mettant en colère le public avant ou pendant la livraison d’un message, vous déplacez son attention du message vers sa propre colère.

Les gens brutalement honnêtes s’en soucient rarement. Leur honnêteté est souvent égocentrique, même si elle est bien intentionnée. Après tout, s’ils se soucient d’avoir un impact réel et d’aider la personne, ils seraient plus intéressés à s’assurer qu’ils entendent le message plutôt que de leur enfoncer une opinion dans la gorge.

Cela ne fait cependant pas d’eux des personnes mauvaises ou nuisibles. Certaines personnes ne sont tout simplement pas douées pour la danse sociale, ou c’est le type de conseil et la forme de prestation qu’elles aimeraient recevoir des autres.

C’est là que le tact et la diplomatie entrent en jeu.

Que sont le tact et la diplomatie?

Naviguer dans des situations sociales est une compétence essentielle pour accomplir tout ce qui a du sens. La diplomatie est la capacité d’entrer dans ces situations sociales, de faciliter la communication et de guider tout le monde vers une résolution appropriée.

Différentes compétences dans le domaine de la diplomatie peuvent rendre cela plus facile ou plus difficile.

Vous devez avoir un contrôle substantiel sur vos émotions. Le diplomate ne peut pas se permettre de tomber dans sa propre colère, frustration ou tristesse en essayant de surmonter une situation.

Une diplomatie efficace nécessite un certain détachement émotionnel, car votre calme est inconsciemment communiqué aux autres personnes impliquées dans le conflit. Cela montre que vous ne prenez pas nécessairement parti, ou que si vous prenez parti, votre position vient d’un endroit calme et réfléchi.

La diplomatie nécessite une bonne écoute. Mais être un bon auditeur, c’est plus qu’entendre ce qu’une personne essaie de dire.

Si vous essayez d’être diplomate, que ce soit avec un groupe de personnes ou un individu, il y a de fortes chances que la situation déborde d’émotion.

Les personnes émotionnelles ont souvent du mal à s’exprimer pleinement et à articuler leurs émotions. Certaines personnes ont du mal avec cela, même dans le meilleur des cas. Être un auditeur diplomatique, cela aide à lire les informations qui se trouvent entre les lignes et enfouies sous l’émotion.

La diplomatie vous oblige à articuler vos pensées. Lorsque vous prenez en compte les informations des parties impliquées dans le conflit, cela aide à reformuler leurs pensées et leurs problèmes comme vous les comprenez. Cela permet aux autres personnes de corriger ou de confirmer la façon dont vous percevez l’information, ce qui vous aidera à rapprocher tout le monde d’une résolution significative.

Le compromis est un autre ingrédient essentiel de la diplomatie. Un compromis respectueux est une situation dans laquelle toutes les parties concernées peuvent quitter la discussion satisfaites.

La plupart des gens raisonnables comprendront qu’ils ne peuvent pas tout faire à leur manière. Les gens raisonnables sauront que les autres comptent, et ils devront probablement renoncer à certaines choses pour parvenir à un juste milieu.

Trouver ce juste milieu peut parfois être compliqué, surtout si vous avez affaire à quelque chose de personnel. Vous constaterez peut-être que vous donnez trop ou pas assez si vous n’avez pas de limites saines.

Le tact est une compétence sous l’égide de la diplomatie. Le tact, c’est savoir quoi dire et quoi ne pas dire. Le tact consiste à savoir quand parler et quand se taire. Le tact est de pouvoir dire une vérité blessante d’une manière qui respecte et honore la personne qui écoute, afin qu’elle ait l’occasion d’entendre votre message.

Tact est la différence entre dire:

«Vous agissez comme un vrai con. Tu le sais?”

et

«Votre colère et votre agressivité sont intimidantes, et je n’apprécie pas que vous vous sentiez mal à l’aise.»

Comment développez-vous les compétences de tact et de diplomatie?

La seule vraie façon de développer ces compétences est de pratiquer, pratiquer, pratiquer. Plus vous pouvez faire preuve de tact et de diplomatie, plus cela devient facile.

Ce ne sont pas des compétences que vous pouvez bien apprendre d’un livre, car la lecture d’un livre ne crée pas l’atmosphère chargée ou le conflit où la diplomatie et le tact comptent le plus.

La bonne nouvelle est que vous n’avez pas besoin de vous battre pour pratiquer les différentes parties de la diplomatie. Vous pouvez les pratiquer dans différents environnements sociaux et les préparer à partir en cas de conflit.

Voici 5 ingrédients clés pour faire preuve de tact et de diplomatie.

1. Pratiquez l’écoute active.

L’écoute par intérim diffère de l’écoute passive en ce que vous consacrez toute votre attention à l’orateur.

Éteignez la musique, les appareils électroniques, la télévision, posez le téléphone portable face vers le bas sur la table et regardez directement la personne qui parle, de préférence avec un contact visuel.

Faites un effort pour vous concentrer non seulement sur leurs mots, mais sur le langage corporel qui accompagne ces mots. Que vous dit leur expression faciale? À quoi ressemble leur langage corporel général? Sont-ils défensifs? Blesser? Triste? En colère? Agressif? Passif? Qu’est-ce qui est communiqué à part les mots?

Une fois qu’ils ont fini de parler de leur version de la situation, dites-leur en retour comme ceci. «Si je vous comprends bien, le problème est…»

De cette façon, si vous avez besoin de donner des conseils ou d’offrir des mots de réconfort, vous aurez une image aussi claire que possible de la nature du problème ou du conflit.

2. Faites une pause, réfléchissez bien à vos paroles, puis parlez.

Une réponse émotionnelle est rarement le bon choix pour naviguer dans une situation diplomatique.

Alors avant de dire quoi que ce soit, faites une pause, prenez un peu de temps pour déterminer si les mots que vous êtes sur le point de prononcer reflètent fidèlement la situation, puis parlez.

D’autres personnes peuvent trouver cela bizarre à moins qu’elles ne vous connaissent bien. Vous devrez peut-être leur dire quelque chose comme: «J’ai besoin d’une minute pour réfléchir à mes pensées et comment les exprimer.» La plupart des gens raisonnables diront simplement «d’accord» et vous donneront le moment dont vous avez besoin.

La raison en est que vous ne pouvez pas faire retentir une cloche. Si vous dites la mauvaise chose par colère ou par frustration, vous ne pouvez pas l’annuler. Tout ce que vous pouvez faire à ce stade est un contrôle supplémentaire des dégâts, ce qui doit être évité.

Quelques secondes de réflexion sur vos paroles avant de parler peuvent vous épargner des heures de travail émotionnel et de conflit.

3. Demandez-vous: «Est-ce que cela doit être dit? Comment puis-je dire cela avec respect? »

La partie la plus cruciale du tact est d’apprendre à ne pas parler.

Comprenez que dans de nombreuses situations, surtout si vous essayez d’aider d’autres personnes à trouver une solution, votre opinion ne compte pour rien.

Ils ont leurs propres opinions et cherchent à s’y retrouver plutôt qu’à brouiller les eaux plus loin.

L’opinion que vous vous apprêtez à exprimer doit-elle être dite? Et si oui, respecte-t-il les participants au conflit et à la conversation? Cela vous respecte-t-il?

Si vous décidez que votre opinion sera utile, revenez au point précédent et faites une pause avant de dire quoi que ce soit. Ensuite, évitez de formuler les choses d’une manière qui attaque quelqu’un, ses actions ou ses opinions.

Au lieu de cela, proposez des pensées constructives d’une manière qui se concentre sur les déclarations du «je» pour indiquer clairement que vous n’énoncez pas des faits ou des instructions absolus, mais exprimez des idées ou des opinions.

Alors, vous pourriez dire:

«Je pense que vous devez être conscient de la façon dont il vous traite et où vous tracez la limite.»

plutôt que,

«C’est un con et tu ferais mieux de le jeter parce que tu mérites mieux.

Sinon, poser des questions peut être un moyen utile d’amener une ou plusieurs personnes à parvenir à une conclusion qui leur convient le mieux, et vous évite d’avoir à énoncer réellement votre position ou votre opinion:

«Comment vous sentez-vous quand il vous traite mal? Est-ce sa personnalité ou traverse-t-il simplement une période difficile? Pensez-vous que les choses peuvent s’améliorer si vous y travaillez tous les deux? »

Si vous décidez que ce que vous êtes sur le point de dire n’ajoutera rien de valeur à la conversation, continuez simplement à laisser la ou les autres personnes parler. Si vous restez silencieux, vous serez étonné de voir comment d’autres personnes cherchent à combler ce silence. Vous pouvez également poser d’autres questions pour obtenir des informations plus ou plus claires sur la situation.

4. Construisez-vous des limites émotionnelles saines.

La clé pour se tenir au milieu d’un conflit sans se brûler dans le processus est d’avoir de solides limites émotionnelles pour se protéger.

Laissez le monde et les autres faire rage autour de vous si c’est ce qu’ils veulent faire, mais vous ne pouvez pas vous laisser entraîner si vous voulez faire preuve de diplomatie et de tact.

Vous n’êtes pas obligé d’en faire partie si vous ne le souhaitez pas.

Les limites émotionnelles aident également à ne pas prendre les choses personnellement. Parfois, les gens parlent par colère ou révèlent quelque chose de négatif qui peut être méchant. Moins vous pouvez prendre cela personnellement ou en tant que reflet de qui vous êtes, plus vous serez calme et clair lorsque vous serez engagé dans un conflit social.

La capacité de rester ferme avec une perspective claire vous aidera à désamorcer et à naviguer dans la situation.

5. Concentrez-vous sur la gentillesse plutôt que sur la gentillesse.

Soyez gentil, mais vous n’avez pas nécessairement besoin d’être gentil. Faire preuve de diplomatie et de tact consiste à naviguer dans des situations sociales compliquées, qui seront souvent négatives.

Être gentil, c’est être quelqu’un d’agréable, doux et généralement agréable.

Être gentil, c’est agir d’une manière qui est bénéfique pour vous-même et pour les autres.

Franchement, être gentil et gentil ne vont pas souvent de pair. Parfois, vous devez dire aux gens des choses qu’ils ne veulent pas entendre ou les amener à voir ces choses par eux-mêmes.

Parfois, vous devez écouter les gens pleurer ou les regarder souffrir d’une situation terrible qui ne peut pas être changée. Parfois, vous devez regarder leur monde se briser en un million de morceaux.

Et c’est pourquoi la diplomatie et le tact sont tellement plus importants que l’honnêteté brutale.

Vous ne voulez pas que vos mots brisent le monde de quelqu’un d’une manière qui l’empêcherait de le reconstituer. Des mots gentils et honnêtes avec des intentions désintéressées peuvent rendre le chemin de la guérison et de la réconciliation beaucoup plus facile pour les autres.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *